vendredi 23 octobre 2015

L'HOMME INCONSCIENT

Il y a une semaine est sorti le dernier Woody Allen, « L’homme irrationnel », histoire d’un professeur de philosophie blablabla…
Aujourd’hui je ne vais pas vous parler d’homme irrationnel, mais plutôt d’homme inconscient. Et tenter de vous persuader de la puissance de notre inconscient sur notre existence ! Alors autant prévenir tout de suite, je ne partirais absolument pas dans des délires psychanalystes… Ce n’est pas trop mon truc.

Les chercheurs en psychologie et en neurosciences ont, ces dernières années, développé tout un arsenal d’expériences pour mettre à mal l’inconscient et ainsi mieux faire émerger les propriétés de notre conscience (une image en négatif, si vous voulez). Ces expériences ont été à l’origine de profondes remises en cause de notre conception de la conscience et de l’inconscient.

vendredi 16 octobre 2015

LE SEXE NEURONAL


J’aime le sexe. Au sens purement scientifique, cela va de soi. Il n’existe pas, selon moi, de lien plus fort et plus évident entre le corps et l’esprit. Ou en termes plus scientifiques, entre les états mentaux et les capacités de notre organisme.

jeudi 8 octobre 2015

BASES NEURALES DU BEGAIEMENT


Plus personne aujourd’hui ne connait Louis Jouvet. Il est portant un des grands comédiens français des années 30 et 40. Il a joué dans de nombreuses pièces de théâtre et films. Sa particularité ? Il était bègue.

Imaginez la scène suivante : vous assistez à une discussion –très intéressante- et tout à coup, une bonne blague vous vient à l’esprit. Vous attendez que votre tour vienne avant de sortir cette remarque tordante. En attendant, vous la tournez dans votre esprit pour la sortir de la manière la plus drôle possible. Enfin un léger silence dans la conversation : lancez-vous ! Vous prenez votre inspiration, ouvrez la bouche… Et là... Aucun son n’en sort. Votre phrase reste désespérément bloquée sur ce premier mot, au fond de votre gorge. Rien à faire.

Le ministère de la santé le définit comme «un trouble de l'expression verbale affectant le rythme de la parole en présence d'un interlocuteur», l’OMS le range dans la case « trouble émotionnel et comportemental ». La réalité est que, bien souvent, le bégaiement se manifeste dans l’interaction, dans la discussion. Lorsqu’un bègue chante, imite ou joue un personnage, il n’accrochera pas ou peu les mots.